Eglise Saint-Isidore ou Saint-Georges

L’église a été reconstruite en 1954, après les bombardements de la seconde guerre mondiale, d’après des plans dessinés par l’architecte Victor Sarlet.
Le campanile indépendant recouvert de calcaire domine l’édifice et le village. Caractéristique de son époque avec des abat-sons en béton et un coq stylisé, il est démesurément grand par rapport à l’église. Celle-ci, construite en béton, est recouverte d’un enduit blanc, sauf le chevet qui est en calcaire. Le campanile et l’église sont reliés par un portique en voile de béton. L’architecte Sarlet explique son point de vue en disant qu’ “il fallait pour un cas comme celui-ci, envisager une<b> construction d’un « Esprit Nouveau »</b>, avec l’emploi des matériaux actuels”. Il met également en avant une composition claire, simple, un dépouillement traduisant le caractère spirituel recherché pour l’édifice. Consacrée en 1956, l’église possède un intérieur qui reflète l’extérieur, avec la présence du béton et de la pierre, des lignes simples et une voûte surbaissée.

La <b>mosaïque sur la façade extérieure</b>, œuvre de <b>Maurice Rocher</b>, représente le Christ en majesté, avec des anges à sa gauche, et sur la droite, saint Georges terrassant le dragon. Dans le chœur, le <b>Christ en cuivre battu</b> a été réalisé par<b> Zéphir Busine de Mons</b> (1955). Cet artiste a également collaboré avec G. Boulmant pour la réalisation du mobilier liturgique. Créés en 1974, les<b> vitraux </b>de <b>Louis-Marie Londot</b> ont été posés en 1978. Ce style d’architecture se retrouve aussi dans d’autres édifices contemporains, comme au Québec (Joliette) ou en Suisse (Lucerne).

La présence religieuse à Marloie, et notamment l’existence d’une église, est attestée dès 1139. Le lien était étroit avec la ‘<b>Vieille Cense</b>’ voisine, <b>possession de l’abbaye bénédictine de Saint-Hubert</b>. L’îlot ainsi formé assurait trois fonctions principales d’un domaine seigneurial au Moyen Âge: résidentielle (“nouvelle cense”), juridique et administrative (“vieille cense”) et religieuse (église Saint-Georges). A partir de 1803, le village ne posséda plus qu’une chapelle, dépendante de la paroisse de Waha. Rétablie en 1895, la paroisse de Marloie bénéficia de la construction d’une nouvelle église, construite entre 1895 et 1900.

Les dédicaces de cette église et de l’église actuelle font encore débat: pour l’édifice du 19e s., il semblerait que saint Isidore y ait été privilégié (le vitrail du chœur, la statue et une cloche lui étaient dédiés) et pour l’église actuelle, dans les archives et les plans d’origine, il est fait mention de la dédicace à saint Georges, et seul un avant-projet de 1944 évoque saint Isidore. D’autres prétendent qu’elles ont été appelées erronément ‘Saint-Georges’ du nom du Cercle qui abrita la célébration des offices après la destruction de l’église en 1944.

Agenda

08
NOV

Conférence du Père Gilbert "Les jeunes et la famille"

Horaires
Le 08 nov.
Contact

Eglise Saint-Isidore ou Saint-Georges

rue de la Station
6900-Marloie

Destinations dans la même catégorie